Les familles de militaires et la guerre…

« Est-ce le début de la Troisième Guerre mondiale? »

Chacun à sa façon, tout le monde s’est posé cette question récemment. Pour les familles de militaires, l’actualité internationale suscite toutefois une inquiétude qui dépasse largement le simple commentaire ou les manchettes à la radio : c’est l’éventualité bien réelle qu’un proche soit déployé.

J’aimerais bien vous dire que la guerre n’est pas un sujet fréquent chez nous, mais c’est faux. Que l’on soit fille, épouse, sœur, amie, collègue ou fournisseur de services, la guerre est toujours une réalité pour les familles de militaires.

Vu de l’extérieur, ces familles semblent toujours au-dessus de leurs affaires, bien préparées et informées. Parfois c’est vrai, mais pas toujours. Bien souvent, nous n’avons pas les réponses que nos amis et proches du monde civil voudraient entendre. C’est juste que nous sommes préparés, la tête bien haute et le regard droit… J’entends encore ma mère qui disait : « Il faut continuer d’avancer… »

Soyez indulgents lorsque nous devons dire au revoir à l’être aimé, ou que l’on détourne le regard parce qu’il faudra bientôt ressortir la valise.

Vous êtes sûrement bien intentionné, mais les familles de militaires expérimentées doivent soutenir aussi celles qui vivent cette « première fois ».

Les changements de plans continuels – les plans B, C et D – sont très préoccupants pour nous, et il faut soutenir nos proches qui sont encore plus préoccupés que nous par un retour de la guerre et qui pourraient aussi devoir conjuguer avec leur propre envie de retourner au front.

Pour nous, la guerre est cyclique : il n’y a pas de début ni de fin. Nous devons être prêts à l’éventualité d’une guerre, et rester inébranlables, concentrés et constants afin que nos proches puissent remplir leur mission comme militaires.

Nous avons le fardeau quotidien de nous entraider. Nous sommes la force tranquille qui veille sur le front intérieur, et nous faisons tout ce que notre monde, notre pays et nos proches attendent de nous.

Si nous avons parfois l’air détachés, froids et distants, je vous assure du contraire : c’est que nous sommes occupés à remplir le devoir qui nous incombe en tant que membre d’une famille de militaires.

 

Kayla Fournier
Membre d’une famille de militaires et intervenante
Nouvelle-Écosse

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Vous pourriez également apprécier…