Le webinaire d’introduction de la série de symposiums se penche sur les contextes, les institutions et les systèmes en cause dans les TSM. Les inconduites sexuelles liées au service militaire ont des répercussions sur de nombreuses sphères de la vie, et à différents égards. Celles-ci résultent non seulement des incidents eux-mêmes, mais aussi des mesures institutionnelles inefficaces qui minent la confiance et transgressent les valeurs fondamentales. Il n’est possible de prévenir que ce dont nous avons connaissance.

Cette séance rassemble des fournisseurs de services, des chercheurs, des dirigeants et des personnes ayant une expérience vécue de travail pour améliorer les connaissances, la compréhension, les soutiens et les traitements pour les traumatismes sexuels militaires au Canada.

Cette activité est terminée. Vous trouverez plus de renseignements et de ressources à ce sujet ci-dessous.

Avertissement

Ce webinaire aborde des sujets délicats, comme le suicide. Son contenu peut être difficile à écouter et donner lieu à diverses émotions. Nous vous encourageons à assurer votre sécurité et à veiller à votre bien-être.

Évolution des discussions sur les inconduites sexuelles et les traumatismes sexuels liés au service militaire : une introduction

Communauté de pratique canadienne sur les traumatismes sexuels liés au service militaire
Jeudi, 3 Juin, 2021
13 h à 15 h (HAE)
Webinaire

Ressources associées

Conférenciers et présentations

Apprenez-en davantage à propos des conférenciers en visionnant ou en téléchargeant la présentation qu’ils ont offert dans le cadre de ce webinaire. Note : Les présentations ne sont pas toutes offertes en téléchargement.

La Dre Alexandra Heber a plus de 35 ans d’expérience en tant qu’infirmière et psychiatre. Après une décennie de travail auprès de patients atteints du VIH+ et de gestion d’une équipe de traitement communautaire dynamique (TCD) à Toronto, elle s’enrôle dans les Forces canadiennes en 2006 et participe à un déploiement en Afghanistan en 2009-2010. En 2016, elle est devenue la première femme psychiatre en chef pour Anciens Combattants Canada. Elle a également collaboré avec l’Agence de la santé publique du Canada afin d’élaborer le Cadre fédéral relatif au TSPT. Actuellement, elle copréside la Communauté canadienne de pratique sur les traumatismes sexuels liés au service militaire.

La Dre Heber a rédigé deux cours en ligne sur le traitement du TSPT en adoptant une approche de soins adaptée aux traumatismes. Elle a présenté et publié, à l’échelle nationale et internationale, divers documents sur la santé mentale des militaires, des vétérans et des premiers intervenants. Ses recherches actuelles s’intéressent aux répercussions de la pandémie de COVID-19 sur la santé mentale, aux inconduites sexuelles et aux traumatismes liés au service militaire ainsi qu’aux effets du stress sur les femmes issues d’une minorité, les vétérans LGBTQ2 et d’autres groupes marginalisés.

La Dre Heber est professeure adjointe de psychiatrie à l’Université d’Ottawa.

Andrea Brown a obtenu un doctorat en psychologie sociale appliquée de l’Université de Guelph en 2007. Depuis 2015, elle mène des recherches et des évaluations dans le domaine de la santé mentale et de la toxicomanie. Auparavant, elle a travaillé comme spécialiste en facteurs humains afin de réaliser des recherches appliquées pour le compte du ministère de la Défense nationale. Elle possède une vaste expérience dans la tenue de recherches qualitatives auprès des membres du personnel de la sécurité publique ainsi que des militaires et des vétérans.

Mme Brown travaille actuellement à obtenir une maîtrise en psychothérapie à l’Université McMaster.

Catherine Gagné a obtenu sa maîtrise en travail social de l’Université d’Ottawa en 2007. Ensuite, elle a obtenu un certificat en gestion des services de santé et des services sociaux de l’Université de Montréal en 2014. Elle travaille en tant que conseillère principale au Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle depuis 2017. Auparavant, elle a œuvré comme intervenante en situation de crise au Centre de services communautaires Vanier ainsi qu’aux services aux victimes du Programme d’aide aux victimes et aux témoins au palais de justice d’Ottawa.

Mme Gagné possède une vaste expérience dans le domaine de l’intervention en situation de crise ainsi qu’auprès des victimes d’actes criminels et, plus précisément, des victimes d’agression sexuelle.

Christina Hutchins est directrice principale du Bureau de la condition féminine et des vétérans LGBTQ2 d’Anciens Combattants Canada depuis juillet 2019. Vétérane ayant offert 21 ans de service dans la Force régulière en tant qu’officière de la logistique de l’Armée de terre, elle s’est jointe à la fonction publique à titre de cadre supérieure en 2009 et travaille au sein d’ACC depuis 2013.

Mme Hutchins est titulaire d’une maîtrise en administration des affaires et d’un certificat d’études supérieures en études de la paix et des conflits avec spécialisation sur les femmes, la paix et la sécurité.

Lori Buchart s’est jointe à la Réserve des Forces canadiennes en 1982, son service impliquant des missions à temps partiel et à temps plein à Lethbridge, Calgary, Penhold, Esquimalt et Comox. Elle a été libérée de la Réserve des FC en mars 1996.

Mme Buchart a obtenu une maîtrise en leadership et un doctorat en administration des affaires. Son mémoire et sa thèse portaient sur les relations interpersonnelles et sur la culture et le changement organisationnel.

Mettant à profit ses antécédents militaires dans la poursuite de sa carrière civile en tant que professeure en administration des affaires à l’Université Mount Royal, elle a connu beaucoup de succès dans ses cours jusqu’à ce qu’elle soit placée en invalidité de longue durée permanente en 2015 en raison d’un TSPT complexe récurrent.

Le long parcours de guérison de Mme Buchart à la recherche d’une vie plus paisible après son TSM a été couronné de succès grâce à des thérapies formelles et à une bonne prise en charge. Ces interventions, combinées à des efforts visant à éviter le chagrin et la douleur liés au TSM, notamment par le bénévolat, l’achat et la remise à neuf d’un voilier avec son mari, Lawrence, ont joué un rôle déterminant dans l’atteinte d’une vie plus paisible.

Mme Buchart partage son temps entre Calgary et Victoria, et elle voyage, quand c’est possible, à la recherche d’un éventuel vignoble, d’une excellente recette à cuisiner à la maison ou de nouveaux itinéraires pour ses aventures en voilier. Ses deux enfants adultes vivent à Vancouver et à Calgary, où ils poursuivent tous les deux des études supérieures.

Margaret McKinnon est titulaire de la Chaire Homewood en santé mentale et en traumatisme et est professeure agrégée et associée de recherche au Département de psychiatrie et de neurosciences comportementales de l’Université McMaster. Elle est également responsable de la recherche en santé mentale et en toxicomanie au centre St. Joseph’s Healthcare de Hamilton et agit à titre de scientifique principale au Homewood Research Institute.

Mme McKinnon a obtenu son doctorat en psychologie à l’Université de Toronto avant de recevoir une bourse de recherche postdoctorale de l’Institut de recherche Rotman, de renommée internationale, au Baycrest Centre. Elle a été élue fellow de la Société canadienne de psychologie et est titulaire d’une licence double en tant que psychologue clinique et neuropsychologue.

Mme McKinnon est bien connue pour son travail de caractérisation des maladies liées aux traumatismes et au TSPT chez les militaires, les vétérans, les premiers intervenants et les survivants de mauvais traitements et de traumatismes infantiles. Elle a également participé à l’élaboration et à la mise à l’essai de nouvelles interventions thérapeutiques visant des aspects souvent inexplorés du TSPT et des traumatismes, y compris les sentiments de culpabilité et de honte, les préjudices moraux, la dissociation et le dysfonctionnement cognitif.

Mme McKinnon est présidente du groupe de référence en recherche de l’Institut Atlas financé par le gouvernement fédéral et travaille en étroite collaboration avec divers organismes gouvernementaux, notamment Anciens Combattants Canada et les Forces armées canadiennes.

Elle a publié plus de 100 articles et chapitres évalués par des pairs et détient actuellement des fonds provenant des Instituts de recherche en santé du Canada, de l’Institut canadien de recherche sur la santé des militaires et des vétérans, du ministère de la Défense nationale, de l’Institut Atlas et de la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail de l’Ontario, ainsi que de nombreuses fondations privées, dont la Fondation La Patrie gravée sur le cœur, la Fondation Cowan, la Military Casualty Support Foundation et la FDC Foundation.

Patrick Smith a été le premier président et chef de la direction de l’Institut Atlas. Auparavant, il a été chef de la direction nationale de l’Association canadienne pour la santé mentale et chef de la direction de Renascent, principal fournisseur canadien de traitement des toxicomanies en milieu résidentiel basé sur l’abstinence.

M. Smith a été vice-président de la recherche, des réseaux et du perfectionnement pédagogique aux Services de santé mentale et de toxicomanie de l’Autorité provinciale des services de santé de la Colombie-Britannique, et il a été le chef fondateur du programme de psychiatrie et de toxicomanie de l’Université de la Colombie-Britannique. M. Smith a été vice-président des programmes cliniques au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) et chef de la Division de psychiatrie et des toxicomanies de l’Université de Toronto.

En tant que psychologue clinicien spécialisé dans les dépendances, il a obtenu son doctorat de la University of Nebraska et a été boursier postdoctoral NIDA (National Institute on Drug Abuse) à la Yale University School of Medicine. Il a été boursier Fulbright à la University of Canterbury à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Membre fondateur du Conseil exécutif canadien sur les toxicomanies, M. Smith a représenté le Canada à titre de délégué à la Commision des stupéfiants des Nations Unies en 2004 et 2009, et il a coprésidé l’élaboration de la Stratégie nationale sur le traitement de la toxicomanie du Canada.

M. Smith a été membre de la Délégation canadienne à l’Assemblée générale des Nations Unies de 2019. Il était l’un des quatre participants sélectionnés pour intervenir dans le cadre du premier événement parallèle axé sur la santé mentale à l’Assemblée générale.

En plus de ses antécédents cliniques et en recherche, il s’est concentré principalement sur le leadership en santé ainsi que sur la planification et le développement des systèmes de santé.

La Dre Ruth Lanius est professeure de psychiatrie et directrice de la Faculté de recherche sur les troubles de stress post-traumatique (TSPT) de l’Université Western Ontario. Elle a créé le Traumatic Stress Service (Service de stress traumatique) et le Traumatic Stress Service Workplace Program (Programme sur le stress traumatique en milieu de travail), des services spécialisés dans le traitement et la recherche liés au TSPT et aux troubles comorbides connexes.

Elle est actuellement titulaire de la Harris-Woodman Chair in Mind-Body Medicine (Chaire Harris-Woodman en médecine corporelle et mentale) à l’École de médecine et de dentisterie Schulich de l’Université Western Ontario. Elle s’intéresse à l’étude de la neurobiologie du TSPT et à la recherche sur les résultats des traitements en regard de diverses méthodes pharmacologiques et psychothérapeutiques.

La Dre Lanius est l’auteure de plus de 150 articles et chapitres publiés dans le domaine du stress traumatique et ses projets sont actuellement financés par plusieurs organismes subventionnaires fédéraux. Elle est lauréate du prix Banting 2019 pour la recherche sur la santé des militaires. Elle donne régulièrement des conférences sur le sujet du TSPT à l’échelle nationale et internationale.

La Dre Lanius a récemment publié un livre, Healing the traumatized self: consciousness, neuroscience, treatment (Guérir le soi traumatisé : conscience, neuroscience, traitement), avec Paul Frewen.

Stacey Silins a obtenu son diplôme de l’Université d’Ottawa en 2013 avec des spécialisations en psychologie de la santé et en psychologie communautaire. Elle est actuellement psychologue de recherche civile pour le ministère de la Défense nationale (MDN) et travaille pour le directeur général, Recherche et analyse du personnel militaire, dans le domaine de la diversité, de l’inclusion et des droits de la personne.

Mme Silins est la chercheuse principale de plusieurs études visant à améliorer le soutien aux personnes touchées par une inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes (FAC). Elle fournit également des avis scientifiques sur un certain nombre d’initiatives clés élaborés au sein du MDN et des FAC, dans le cadre du règlement du recours collectif Heyder-Beattie, y compris la Stratégie de soutien aux survivants et le Programme d’engagement réparateur pour les personnes touchées par une inconduite sexuelle.

L’ensemble des présentations PowerPoint de cet événement sont disponibles pour téléchargement.

Communauté de pratique canadienne sur les traumatismes sexuels liés au service militaire – organismes membres