Le TSPT peut avoir des répercussions sur tous les membres de votre famille ou de votre entourage, y compris les enfants et les adolescents. Bon nombre de stratégies destinées aux familles et aux amis peuvent aider les enfants et les adolescents à composer avec la situation, mais il est important d’être conscient que chacun d’entre eux a sa propre façon de réagir et adopte des stratégies particulières. Vous trouverez ici des renseignements et des ressources élaborées à l’intention des enfants dont un membre de la famille est touché par le TSPT, ainsi que des conseils pour aider ces enfants à faire face au stress traumatique secondaire.

Réactions

Les enfants et les adolescents sont sensibles à leur environnement, en particulier à leur dynamique familiale. Chaque enfant réagira à sa façon en apprenant le diagnostic de TSPT de son parent. Les réactions les plus courantes pouvant survenir chez votre enfant sont les suivantes :

  • Se sentir plus anxieux et inquiet
  • Ressentir un détachement ou un éloignement par rapport à ses proches
  • Se sentir responsable de la colère exprimée par le membre de sa famille
  • Faire preuve d’hypervigilance afin de ne pas déclencher les symptômes de TSPT chez le membre de sa famille
  • Assumer un rôle dévolu aux parents ou aux aidants
  • Montrer des signes de régression
  • S’isoler de ses amis et de sa famille
  • Se surpasser afin de faire plaisir à ses proches
  • Adopter des comportements problématiques à l’école et dans des contextes sociaux
  • Présenter des symptômes psychosomatiques, comme des maux d’estomac, des maux de tête et de la fatigue

Parler du TSPT

La meilleure chose à faire est de parler avec votre enfant : rassurez-le en lui disant que tout va bien se passer. Faites en sorte qu’il sache que :

  • ce n’est pas de sa faute;
  • ce n’est pas à lui de régler le problème;
  • son travail à lui, c’est d’être un enfant (ou un adolescent);
  • sa famille l’aime profondément;
  • les adultes de la famille s’efforcent de trouver des solutions.

Renseignez-le sur le diagnostic du membre de la famille concerné en lui expliquant certains des symptômes du TSPT. Utilisez des exemples qu’il a peut-être déjà observés : « À cause de sa blessure, maman ne se sent vraiment pas bien dans les endroits où il y a beaucoup de gens, et cela peut la rendre impatiente et pressée de s’en aller. »

Certaines ressources peuvent être utiles au moment d’avoir avec votre enfant une telle discussion, notamment :

Choisissez soigneusement les détails que vous lui révélez à propos de l’événement ayant causé le traumatisme. Il est préférable de lui parler de ce qui se passe au présent.

Stress traumatique secondaire

Causes

Dans certaines situations, il est possible que votre enfant subisse un stress traumatique secondaire. Il est important de souligner que tous les membres de la famille et du cercle d’amis sont susceptibles de développer cette forme de stress traumatique. Chaque enfant est unique, mais certaines situations peuvent causer le développement d’un stress secondaire, par exemple :

  • Son imagination peut l’amener à créer sa propre histoire ou son propre scénario au sujet de ce qui a provoqué le TSPT chez le membre de sa famille;
  • Il peut entendre le membre de sa famille parler ou donner des détails du ou des événements traumatisants qu’il a vécus;
  • Il peut reproduire les comportements du membre de sa famille dans le but de se rapprocher de lui;
  • Il peut reconstituer le traumatisme du membre de sa famille en le reproduisant en jeu.

Symptômes

Outre les réactions de votre enfant ou de votre adolescent à l’égard du TSPT du membre de la famille concerné (voir liste ci-dessus), soyez à l’affût de tout signe comportemental indiquant que votre enfant peut avoir besoin d’un soutien supplémentaire, comme :

  • Manque de participation aux activités sociales et scolaires;
  • Difficulté à se concentrer ou à prêter attention;
  • Réactions émotives disproportionnées à certaines situations;
  • Expression de sentiments de tristesse et de désarroi;
  • Préoccupations en lien avec la violence, la mort et d’autres sujets « sombres »;
  • Changements importants dans ses activités ou ses amitiés;
  • Changements négatifs dans ses habitudes alimentaires et de sommeil;
  • Début ou augmentation de la consommation de drogues, d’alcool ou d’autres substances psychoactives.

Obtenir du soutien

Il ne faut pas avoir peur de demander l’aide d’un professionnel. Si vous constatez l’apparition de l’un ou l’autre des indices comportementaux mentionnés ci-dessus, il est possible que votre enfant ait besoin d’un soutien supplémentaire. N’hésitez pas à vous adresser à un professionnel. Vous trouverez ci-dessous quelques services disponibles immédiatement.

Si votre enfant vous fait part de pensées suicidaires, ou présente des signes de comportement suicidaire ou d’automutilation, contactez les services d’aide immédiate comme le 911, votre médecin de famille ou tout autre fournisseur de services pertinents.

Si votre enfant montre des signes de détresse émotionnelle, communiquez avec :

  • Jeunesse, J’écoute en composant le 1 800 668‑6868 ou en textant le mot PARLER au 686868;
  • JEUNESFAC – service d’aide en cas de crise en textant JEUNESFAC à 686868;
  • Service d’aide d’Anciens Combattants Canada en composant le 1 800 268‑7708.

Pour en apprendre davantage sur la façon de favoriser le bien-être de l’enfant ou de l’adolescent dans votre vie, consultez le site Web de Jeunesse, J’écoute.

Stratégies d’adaptation

Le fait d’intégrer les stratégies suivantes dans votre quotidien et celui de votre enfant peut aider à atténuer certains des difficultés qu’il rencontre alors qu’il est confronté aux symptômes du TSPT du membre de sa famille.

  • Adoptez des mots ou des signes particuliers pour aider votre enfant ou votre adolescent à évoquer le sujet de la santé mentale. Par exemple, pourquoi par exprimer qu’on a eu une mauvaise journée en disant « Aujourd’hui, je suis rouge » ou « J’ai eu une journée dragon ».
  • Trouvez de nouvelles façons pour votre enfant ou votre adolescent de maintenir un lien avec le membre de leur famille touché par le TSPT. S’il est trop difficile d’assister à un événement sportif à un moment précis, il peut s’avérer tout aussi amusant d’organiser une soirée « cinéma-maïs soufflé » en regardant un match à la télé ou en jouant à un jeu de société.
  • Planifiez des activités réservées à votre enfant. Il aura ainsi quelque chose à attendre avec enthousiasme, sans se soucier de la réaction du membre de sa famille.
  • Établissez et maintenez à la maison une routine qui soit cohérente et prévisible. Cela contribuera à créer un sentiment de stabilité pour tous les membres du foyer, y compris vous-même!

Une boîte de rapprochement peut être l’occasion pour votre enfant de repenser à des moments privilégiés passés avec l’un de ses proches lorsque celui-ci est absent. Votre enfant peut ouvrir sa boîte chaque fois que ce membre de la famille lui manque ou qu’il ressent le besoin de se rapprocher de lui.

La création d’une telle boîte est une activité que votre enfant ou votre adolescent pourra réaliser avec le membre de la famille concerné.

  • Étape 1 : Trouver une boîte
  • Étape 2 : Choisir ensemble des articles à mettre dans la boîte, comme des photos, un objet que le membre de la famille affectionne particulièrement ou un livre d’histoires qu’ils ont aimé lire ensemble
  • Étape 3 :Décorer ensemble la boîte

 

Créer la boîte ensemble contribuera grandement à la rendre plus significative pour votre enfant ou votre jeune. Il est important d’être conscient de l’énergie nécessaire pour faire cette activité et de réfléchir à un plan au cas où cela deviendrait écrasant.

Il est important de faire comprendre à votre enfant que toutes ses émotions – la colère, la déception, la peur – sont légitimes et tout à fait normales. Voici quelques conseils pour vous aider à accompagner votre enfant avec la gestion de ses émotions :

  • Soyez patient, compréhensif et bienveillant. Il est important de demeurer présent pour les enfants et les adolescents qui font partie de votre vie, de prêter une oreille attentive à ce qu’ils pensent et à ce qui les préoccupe, et de les rassurer au besoin, afin de les aider à composer avec leurs émotions et ce qu’ils traversent.
  • Soyez juste mais ferme. Même dans les meilleures conditions, être parent et/ou soutenir des enfants et des adolescents peut être fort difficile. Il est important de reconnaître que les enfants et les adolescents dans votre vie gèrent la situation et leur stress du mieux qu’ils peuvent, et il est normal qu’ils se rebellent à l’occasion. Montrez-leur que vous les aimez et les soutenez, tout en veillant à maintenir des limites claires et cohérentes quant aux comportements acceptables et inacceptables.
  • Évitez de blâmer ou de dénigrer le membre de la famille qui est atteint du TSPT.

Trouver des ressources

Consultez le centre de connaissances pour trouver d’autres renseignements fondés sur des données probantes ainsi que des feuillets d’information, des rapports et des conseils.