Skip to main content
Nous ne sommes pas un fournisseur de services. Pour obtenir des services de soutien, consultez notre répertoire. S’il s’agit d’une urgence, composez le 911.

Une nouvelle étude de recherche, utilisant la rétroaction neurologique comme traitement du trouble de stress post-traumatique (TSPT), montre des résultats prometteurs en matière de réduction des symptômes et d’amélioration des taux de rémission. L’étude, menée par l’Institut Atlas, l’Université d’Ottawa, l’Université Western et l’Université de Genève, renforce considérablement la preuve selon laquelle la rétroaction neurologique est sur un pied d’égalité avec les traitements de référence pour le TSPT.

Joignez-vous à nous ainsi qu’à un groupe d’experts et de personnes ayant une expérience vécue pour en apprendre davantage sur ce qu’est la rétroaction neurologique et sur la façon dont elle guérit les parties du cerveau qui sont touchées à la suite d’un traumatisme et qui contribuent à la manifestation des symptômes du TSPT.

Notre groupe d’experts et de personnes ayant une expérience vécue discutera des sujets suivants :

  • ce qu’est la rétroaction neurologique et la façon dont elle peut être utilisée pour traiter le TSPT;
  • les raisons pour lesquelles la rétroaction neurologique est particulièrement utile pour traiter des troubles complexes comme le TSPT;
  • la façon dont la rétroaction neurologique agit pour guérir l’activité cérébrale altérée à la suite d’un traumatisme;
  • les façons dont cette méthode de traitement souple peut être intégrée aux plans de traitement curatif.

Le Dr Andrew Nicolson, directeur de la recherche clinique à l’Institut Atlas, communiquera les résultats de ses recherches actuelles et animera une discussion avec une personne d’expérience vécue, et un groupe d’experts. Les participants seront invités à poser des questions et à partager leurs points de vue.

Panélistes

Andrew Nicholson, Ph. D., B. Sc.

Le Dr Andrew Nicholson est directeur de la recherche clinique à l’Institut Atlas pour les vétérans et leur famille et professeur adjoint à l’École de psychologie de l’Université d’Ottawa. Il est également scientifique à l’Institut de recherche en santé mentale de l’Université d’Ottawa et titulaire de la chaire de recherche sur le stress et les traumatismes des minorités de l’Institut Atlas. Le Dr Nicholson a obtenu son doctorat en neurosciences à l’École de médecine et de dentisterie Schulich de l’Université Western, sous la direction de la Dre Ruth Lanius. Il a ensuite terminé ses travaux réalisés à titre de boursier postdoctoral à deux reprises à l’Institut de recherche Homewood (IRH), au Canada, ainsi qu’à l’Université de Vienne, en Autriche, et à l’Université de Zurich, en Suisse.

Son programme de recherche vise principalement à mieux comprendre les corrélations neuronales des traumatismes et des troubles liés au stress, y compris le TSPT. De plus, ses recherches visent à élucider les fondements neuronaux de l’exposition au stress et aux traumatismes des minorités dans une optique transversale (à l’aide des modalités de neuro-imagerie) afin de mieux comprendre les fondements neurobiologiques des problèmes de santé mentale qui touchent de manière disproportionnée les communautés marginalisées.

Sebern Fisher, M.A.

Sebern F. Fisher, M.A., est psychothérapeute et praticienne de la rétroaction neurologique. Elle se spécialise dans les séquelles de la négligence et de mauvais traitements subis durant la petite enfance. Elle se concentre sur l’entraînement du cerveau traumatisé pour qu’il apprenne à se régulariser, ce qu’il peut faire à tout âge. Elle forme des professionnels à l’échelle nationale et internationale sur la rétroaction neurologique et sur la nécessité d’intégrer celle-ci à la psychothérapie. Son livre, Neurofeedback in the Treatment of Developmental Trauma: Calming the Fear-Driven Brain, a aidé ses lecteurs à comprendre comment le cerveau traumatisé peut donner naissance à des sentiments violents, à des pensées irrationnelles et à des comportements destructeurs. Lorsque le cerveau apprend à se régulariser, la personne concernée peut entreprendre une psychothérapie significative et mener une vie qui est riche de sens.

Ruth Lanius, M.D., Ph. D.

La Dre Ruth A. Lanius est professeure de psychiatrie et titulaire de la chaire Harris-Woodman à l’Université Western du Canada, où elle est directrice du programme de recherche clinique sur le TSPT. Elle compte plus de 25 ans d’expérience clinique et de recherche sur les troubles liés aux traumatismes, et a créé le Traumatic Stress Service au Centre des sciences de la santé de London, un programme qui se spécialise dans le traitement des traumatismes psychologiques. La Dre Lanius a reçu de nombreux prix de recherche et d’enseignement, notamment le Prix Banting pour la recherche sur la santé des militaires. Elle a publié plus de 150 articles de recherche et chapitres de livres portant sur l’adaptation du cerveau aux traumatismes psychologiques et sur les nouveaux traitements complémentaires pour le TSPT. Elle donne régulièrement des conférences sur le traumatisme psychologique, tant à l’échelle nationale qu’internationale. Elle est coauteure des ouvrages, The Effects of Early Life Trauma on Health and Disease: The Hidden Epidemic et Healing the Traumatized Self: Consciousness, Neuroscience, Treatment. La Dre Lanius est une clinicienne-chercheuse passionnée qui s’efforce de comprendre ce que vivent les personnes traumatisées tout au long de leur traitement et la façon dont cet état de fait est lié au fonctionnement du cerveau.

Tomas Ros, Ph. D.

Le Dr Tomas Ros a obtenu son doctorat en 2010, sous la supervision du professeur John Gruzelier, étudiant l’incidence de la rétroaction neurologique EEG sur les mécanismes de plasticité cérébrale à long terme. Au cours des dix dernières années, il a mené des recherches sur le potentiel de la rétroaction neurologique en tant que nouveau traitement pour les troubles psychiatriques, notamment pour les personnes atteintes du trouble de stress post-traumatique (en collaboration avec la professeure Dre Ruth Lanius de l’Université Western) et du trouble de déficit de l’attention/hyperactivité (en collaboration avec le professeur Nader Perroud de l’Université de Genève).

Daniel Pelletier, vétéran des FAC

Daniel s’est joint aux Forces armées canadiennes en janvier 1973 et il a fait carrière comme fantassin. Au cours des 25 années pendant lesquelles il a servi, il a été 22 ans dans les Forces armées canadiennes et trois ans comme réserviste pour les Voltigeurs de Québec. Il a été membre des 1er, 2e et 3e Bataillon du R22R ainsi que du 1er Commando du Régiment aéroporté. Les missions et affectations auxquelles Daniel a participé sont Chypre (1975 et 1986), les Jeux olympiques de Montréal (1976), Jungle Warfare Training Australia (1976), la manœuvre de débarquement en Norvège (1978), l’Allemagne (1979-1983), la Combat Arms School (1983), le Régiment aéroporté (1984-1988), chargé de la sécurité de l’ARMEX 85 International Exhibition à Ottawa, ainsi que la Croatie en 1993-1994. Il a pris sa retraite à titre d’adjudant-maître en 1995, mais il est demeuré actif dans la vie militaire à titre d’officier de recrutement des FAC au Québec en 2001. Il a été le premier coordonnateur du soutien par les pairs du SSBSO au Québec de 2002 à 2004.

Membre de la Légion royale canadienne, Daniel a également suivi la formation des officiers d’entraide de la Légion royale canadienne, la formation en premiers soins en santé mentale et a agi à titre de conseiller auprès de l’équipe de recherche du Office of One Health & Wellness, Département de sociologie, Université de la Saskatchewan, où il a participé à des recherches auprès de vétérans et de leur famille, ainsi qu’à la contribution de chiens d’assistance. Il est coauteur d’un manuscrit soumis au Journal of Military, Veteran and Family et membre du cadre des expériences vécues de l’Institut Atlas pour les vétérans et leur famille. Il collabore avec la Canadian Foundation for Animal Assisted Support and Services (cf4aass) et fait la promotion d’un projet pour les vétérans qui aiment bricoler et qui se portent volontaires pour aider les vétérans ayant des problèmes et qui doivent faire faire des réparations mineures à leur domicile.

Jeudi, 1er juin 2023
De 13 h à 15 h (heure de l'Est)
En ligne

RESSOURCES ASSOCIÉES

L’Institut Atlas pour les vétérans et leur famille organise une série de conversations virtuelles en deux parties avec des vétérans des Forces armées canadiennes (FAC) et de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Ces conversations visent à mieux comprendre les expériences, la santé mentale et le bien-être des vétérans. Le but de ces conversations est d’orienter l’élaboration d’un projet de recherche avec et pour les vétérans .

Les premières conversations auront lieu virtuellement au cours de la semaine du 20 septembre, et différents jours et diverses heures seront proposés. La deuxième série de conversations aura lieu virtuellement au cours de la semaine du 15 novembre, et différents jours et diverses heures seront proposés.

L’inscription sera ouverte du 20 juillet au 26 août 2022.

Il y a un total de 25 places disponibles et cinq personnes par séance. Ces places seront attribuées selon le principe du premier arrivé, premier servi. Vous préférez nous faire part de vos réflexions d’une autre façon? Vous pouvez faire part de vos commentaires par écrit ou sous forme d’enregistrement audio ou vidéo.

Cette activité est terminée.

Mardi, 20 septembre, 2022
Virtual

Pour la première fois sous le nom d’Institut Atlas, nous avons participé au Forum de l’ICRSMV de 2022. Les sujets suivants ont été abordés :

Podium :

  • Présentateur : Jean‑Michel Mercier, M. Sc., associé principal, Partenariats de recherche
  • Date et heure : Mardi 18 octobre, de 12 h 20 à 12 h 40
  • Séance : 3B05
  • Résumé : Pendant la période où le Canada était en Afghanistan, des citoyens canadiens d’origine afghane ont été recrutés pour travailler comme conseillers culturels et linguistiques. Ces conseillers accompagnaient les membres des Forces armées canadiennes (FAC) à l’extérieur du périmètre de sécurité pour servir d’interprètes et enseigner la culture et les coutumes locales aux soldats. Cette étude qualitative en cours, guidée par un comité consultatif, vise à déterminer l’état de santé mentale actuel des conseillers culturels et linguistiques qui ont servi dans les FAC en Afghanistan et le type de soutien dont ils auraient eu besoin, selon eux, à leur retour. Elle porte également sur leur perception à l’égard de leur expérience et leur transition à la vie civile. Au cours de cet exposé, on a présenté les résultats préliminaires de l’étude ainsi que le déroulement de la collaboration avec un groupe consultatif depuis le début de l’étude.

Symposium :

  • Présentatrice : Sara Rodrigues, Ph. D., directrice, Recherche appliquée
  • Date et heure : Mardi 18 octobre, de 16 h 50 à 17 h 10
  • Séance : 5E02
  • Résumé : Cet exposé s’appuyait sur les résultats d’une étude des expériences vécues par 38 membres du personnel de la sécurité publique lors d’événements potentiellement préjudiciables sur le plan moral et des répercussions de ces événements. Selon nos constatations, les événements potentiellement préjudiciables sur le plan moral que vivent les membres du personnel de la sécurité publique surviennent pendant l’exécution de tâches propres à un rôle, compte tenu ou en raison de la culture ou du climat de l’organisation, et en conséquence de lacunes relevées dans les systèmes généraux de soins de santé et de bien‑être social. Cet exposé a mis en évidence les types particuliers d’événements que les membres du personnel de la sécurité publique considèrent comme étant potentiellement préjudiciables sur le plan moral, ainsi que l’incidence de ces événements au chapitre des valeurs personnelles et professionnelles, de la santé mentale et du bien‑être.

Affiches :

  • Présentatrice :Ashlee Mulligan, M. Sc., directrice, Partenariats et relations avec les intervenants
  • Résumé :L’Institut Atlas pour les vétérans et leur famille, l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique et l’Agence de la santé publique du Canada collaborent en tant que membres de l’équipe des auteurs en chef du glossaire 3.0. Ce groupe pancanadien diversifié et multiinstitutionnel d’universitaires et de cliniciens travaille à l’élaboration de la version 3.0 du glossaire du TSPT, qui sera publiée dans un prochain numéro spécial de la revue scientifique Promotion de la santé et prévention des maladies chroniques au Canada. L’objectif du glossaire consiste à améliorer l’accessibilité du langage lié à la santé mentale et aux problèmes de santé mentale pour tous les Canadiens et à travailler à l’élaboration d’un ensemble universel de termes pour les cliniciens, les scientifiques, les décideurs, les personnes ayant une expérience vécue et le grand public.
  • Présentatrice :Gabrielle Dupuis, M. Sc., directrice, Partenariats de recherche
  • Résumé :Le soutien par les pairs, ou le soutien entre des personnes ayant vécu ou vivant une expérience semblable, est utilisé depuis de nombreuses années dans diverses populations, y compris les vétérans, les militaires actifs et leur famille. Toutefois, la catégorisation de ces activités et la façon dont elles peuvent être utilisées pour améliorer le bien‑être des personnes demeurent ambiguës. Cet examen de la portée vise à décrire la nature des activités de soutien par les pairs pour les vétérans, les militaires actifs et leur famille dans la littérature, et à harmoniser leurs résultats dans les sept domaines du cadre du bien‑être d’Anciens Combattants Canada.
  • Présentatrice :Cath Virelli, M.Sc.S., spécialiste principale, Mobilisation des connaissances
  • Résumé :Des données probantes provenant des États‑Unis indiquent que le langage stigmatisant utilisé dans les reportages sur la santé mentale des vétérans peut influencer considérablement les perceptions du public à l’égard des vétérans. Cette situation, à son tour, peut avoir des répercussions négatives sur la qualité de vie des vétérans et de leur famille après le service. Ce qui est problématique, c’est que la littérature n’offre aucune orientation aux journalistes sur la santé mentale des vétérans et les préoccupations s’y rattachant, comme le suicide, particulièrement dans le contexte canadien. Pour commencer à combler cette lacune, l’Institut Atlas pour les vétérans et leur famille a collaboré avec M. Robert Whitley de l’Institut universitaire en santé mentale Douglas afin d’élaborer un ensemble de lignes directrices qui pourraient aider les journalistes à s’assurer que les reportages sur la santé mentale des vétérans et les préoccupations s’y rattachant sont équilibrés et axés sur le rétablissement et qu’ils tiennent compte des traumatismes.

L’Institut Atlas a également organisé un kiosque d’information pour rencontrer les membres des collectivités de militaires, de vétérans, de chercheurs et de fournisseurs de services et souligner notre travail.

Vous trouverez ci-dessous un résumé de notre séance pré‑ICRSMV et de notre atelier post‑ICRSMV, qui ont eu lieu respectivement les 16 et 19 octobre 2022, et qui ont porté sur des enjeux importants pour les vétérans, leur famille et les personnes qui offrent des services de soutien.

Séance pré-ICRSMV : Panel interactif sur la recherche et l’expérience vécue

Notre panel interactif sur la recherche et l’expérience vécue précédant le Forum de l’ICRSMV a été une occasion de faire valoir l’importance des travaux de recherche et d’impliquer les vétérans et leur famille dans le processus. Ces derniers ont été invités à entamer un dialogue avec divers chercheurs, afin de discuter des méthodes employées, du cycle de vie des recherches, des priorités, des obstacles et des facteurs favorables, ainsi que des besoins des vétérans et de leur famille en matière de recherche.

L’inscription est fermée.

Améliorer la participation des vétérans et des membres de leur famille à la recherche : Réflexions tirées d’une discussion de spécialistes interactive

PROGRAMME

Dimanche 16 octobre 2022 | De 9 h à 12 h (heure de l’Atlantique) | Hôtel Marriott Halifax Harbourfront
8 h 30 – 9 h
Déjeuner (facultatif)
9 h – 9 h 20
Bienvenue , Prière d’ouverture et reconnaissance du territoire , Mot d’ouverture de l’animateur
9 h 20 – 10 h 20
Présentation du groupe d’experts
10 h 20 – 10 h 30
Pause
10 h 30 – 11 h 50
Discussion
  • Sensibilisation culturelle et établissement d’un lien de confiance
  • Élaboration d’études en mobilisant des personnes ayant en tête une expérience vécue
  • Avenir de la mobilisation
  • Derniers points à retenir

 

Walter Callaghan

Lived Expertise Lead, Veterans – Atlas Institute for Veterans and Families

11 h 50 – 12 h
Mot de la fin
Dimanche, 16 octobre, 2022
de 9 h à 12 h AST
En personne

Atelier post-ICRSMV : Faire progresser les réflexions afin de transformer les soins de santé mentale offerts aux vétérans et à leur famille

Lors de cet atelier, des panélistes ont présenté les résultats et les retombées de la collaboration entre l’Institut Atlas pour les vétérans et leur famille et le centre Phoenix Australia, afin d’élaborer une nouvelle vision ainsi qu’une stratégie de mise en œuvre pour les systèmes de soins de santé mentale dédiés aux vétérans et à leur famille à l’échelle mondiale. La séance a également facilité le dialogue entre les participants, afin de mieux comprendre les diverses perspectives des intervenants et de déterminer leurs besoins en ressources pour la mise en œuvre d’un modèle de soins transformé, en vue d’optimiser le bien-être des vétérans et de leur famille dans le contexte canadien.

L’inscription est fermée.

Atelier post-ICRSMV : Faire progresser les réflexions afin de transformer les soins de santé mentale offerts aux vétérans et à leur famille

Mercredi, 19 octobre, 2022
de 14 h à 16 h AST
En personne

Les deux séances se sont tenues :

En personne
Halifax Marriott Harbourfront Hotel,
1919, rue Upper Water,
Halifax (Nouvelle-Écosse)  B3J 3J5