Déclaration officielle au sujet du rapport final sur les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes

Étant donné l’étendue des effets des inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes (FAC) sur les membres et les vétérans des FAC ainsi que sur leur famille, l’Institut Atlas pour les vétérans et leur famille salue la publication du rapport de l’ancienne juge de la Cour suprême, Louise Arbour, par la ministre de la Défense nationale, Anita Anand. L’Institut Atlas se réjouit aussi que le gouvernement se soit engagé à trouver la meilleure façon de coordonner la mise en œuvre des recommandations de ce rapport pour résoudre cette crise.

Les recommandations, à la base, reconnaissent le cheminement des personnes ayant subi un traumatisme sexuel lié au service militaire (TSM) et ouvrent la voie à des changements culturels et systémiques.

Comme l’ont noté la ministre Anand et la juge Arbour, il est impératif d’inclure des experts-conseils dans les efforts de mise en œuvre de ces recommandations, surtout que les rapports et recommandations antérieurs ont eu peu de suite.

L’Institut Atlas sait que divers intervenants peuvent jouer de nombreux rôles de manière concertée en ce sens. Guidé par les personnes touchées, l’Institut Atlas s’engage à soutenir méthodiquement le travail collectif de tous les partenaires pour faire avancer la mise en œuvre des 17 recommandations qui ont été jugées comme étant prioritaires cette année. Il est important que les voix des personnes touchées par un TSM continuent de faire partie de toute la démarche afin d’orienter les changements nécessaires et de veiller à ce qu’ils atteignent les résultats escomptés.

En plus de participer à la concrétisation des recommandations, dans la mesure de ce qui est possible et pertinent, l’Institut Atlas entend poursuivre ses efforts pour améliorer le bien-être des personnes touchées par les inconduites sexuelles dans les FAC. L’Institut continuera ainsi à diffuser de l’information sur les programmes et services de soutien par les pairs, à déterminer les besoins des fournisseurs de services et à élaborer des ressources éducatives pour faciliter leurs interactions avec les vétérans et les familles touchés par des inconduites sexuelles, à préparer des ressources informationnelles pour les vétérans et leur famille, à jouer un rôle au sein de la communauté de pratique canadienne qui travaille dans le domaine des TSM, et à veiller à ce que les personnes touchées par un TSM soit entendues, mais aussi que leur sagesse guide nos travaux.

Par ailleurs, il est important d’avoir conscience de la multitude d’émotions que peut susciter un événement aussi marquant que le dévoilement de ce rapport pour les personnes touchées par un TSM. L’Institut Atlas a de l’information en ligne à ce sujet, y compris un feuillet de renseignements sur le TSM, qui comprend des liens vers les ressources offertes. Le tout se trouve dans le centre de connaissances de l’Institut à https://atlasveterans.ca/fr/centre-de-connaissances/traumatisme-sexuel-lie-au-service-militaire-tsm/.

Nous avons bon espoir que la mise en œuvre sans tarder des recommandations formulées dans le rapport donnera lieu à une approche concertée à l’échelle du système pour créer le contexte nécessaire à un changement durable. En terminant, nous saluons le courage des personnes qui ont raconté publiquement leur histoire, malgré toute la difficulté de le faire, dans l’espoir que leur expérience puisse influencer le cheminement d’autres personnes.

Pour tout complément d’information, veuillez écrire à :
media-atlas@theroyal.ca