L’Institut Atlas rend disponibles de nouvelles ressources sur les traumatismes sexuels liés au service militaire (TSM)

Au cours des derniers mois, les membres des Forces armées canadiennes (FAC) et les vétérans sont de plus en plus sensibilisés aux inconduites sexuelles liées au service militaire et aux traumatismes sexuels liés au service militaire (TSM) qui en découlent. L’Institut Atlas pour les vétérans et leur famille a réagi à ce problème d’envergure en lançant une nouvelle collection de ressources conçues non seulement pour les victimes de TSM, mais aussi pour les fournisseurs de soins de santé qui pourraient fournir des soins et du soutien à ces dernières.

MaryAnn Notarianni, cheffe de la direction adjointe et vice-présidente, Mobilisation des connaissances, Institut Atlas, a déclaré que l’Institut Atlas avait reconnu dès le début de son mandat qu’il s’agissait d’une priorité clé qui nécessiterait une attention importante, notamment pour le développement de ressources pour les victimes. « La collectivité nous a parlé du nombre de personnes affectées, des effets dévastateurs des TSM et du besoin de ressources spécialisées, a-t-elle mentionné. Il s’agit d’un important problème de santé publique : une femme sur quatre et un homme sur 25 ont été victimes d’agression sexuelle au moins une fois depuis leur enrôlement dans l’armée canadienne. »

Les ressources publiées aujourd’hui ont été élaborées en consultation avec un comité consultatif de vétérans ayant une expérience vécue des TSM et de fournisseurs de soins de santé qui travaillent dans le contexte des militaires et des vétérans, a ajouté Mme. Notarianni. « Il est important de reconnaître la nécessité de créer des ressources facilement accessibles pour les individus, ainsi que de sensibiliser les fournisseurs de soins de santé aux enjeux critiques. Grâce à un dépistage rigoureux et à une formation approfondie, des soins de santé physique et psychologique plus efficaces et mieux adaptés peuvent être prodigués aux personnes affectées par un TSM, a-t-elle mentionné. Les ressources ont été élaborées en tenant compte du fait que tous les fournisseurs, même ceux de l’extérieur de la collectivité des militaires et des vétérans et du domaine de la santé mentale, peuvent aider les vétérans victimes de TSM lorsqu’ils disposent des bons outils. »

« La première étape du soutien et de la prise en charge d’un individu consiste à essayer de comprendre l’incidence du TSM sur toutes les facettes de la vie. Être incompris est le pire en ce qui a trait aux traumatismes. Chaque nouvelle recherche ou ressource que nous pouvons élaborer et partager renforce le processus de guérison de chaque individu. » , a déclaré Sam Samplonius, survivante de TSM.

«En tant que personne ayant une expérience vécue, mon cheminement a été éclairé par l’espoir grâce au travail fait par l’Institut Atlas pour nous et nos proches. »

Carly Arkell, major (à la retraite), est l’une des deux vétérans membres du groupe de travail sur la prestation de services ayant collaboré à l’élaboration des ressources. Elle a déclaré que cette occasion a été importante pour ses propres efforts de sensibilisation en tirant parti de son expérience et en l’utilisant pour aider d’autres individus qui n’ont peut-être pas encore reçu l’aide et le soutien dont ils ont besoin. « Je suis heureuse d’avoir pris part à l’élaboration de ces ressources en fonction des expériences réelles de ceux et celles d’entre nous qui ont été victimes de TSM. Cette contribution nous a permis de partager les défis et les expériences uniques afin d’enrichir le corpus de connaissances sur les effets du TSM et d’obtenir un soutien significatif. Avec l’élaboration de ces ressources, je vois le potentiel de changement, ce qui m’apporte de l’espoir, et nous savons que l’espoir est un mot puissant. »

Pour les personnes victimes de TSM, deux nouvelles ressources prodiguent des conseils, des stratégies et des renseignements utiles pour faciliter le processus de guérison — « Se remettre d’un traumatisme sexuel lié au service militaire : Composer avec le traumatisme et en guérir » et « Se remettre d’un traumatisme sexuel lié au service militaire : Le rôle du soutien par les pairs » — disponible à la fois sous forme de fichiers PDF téléchargeables et accessibles, ainsi que sous forme de ressources Web.

Les nouvelles ressources destinées aux fournisseurs de soins de santé visent à mieux faire connaître les facteurs propres aux militaires et aux vétérans pouvant influencer les soins prodigués aux vétérans victimes de TSM. Elles comprennent un guide d’introduction au TSM intitulé « Traumatisme sexuel lié au service militaire : Guide à l’intention des fournisseurs de soins de santé canadiens », ainsi qu’une infographie et deux courtes vidéos axées sur des conseils pratiques clés à l’intention des fournisseurs de soins de santé qui travaillent avec des personnes victimes de TSM.

Les ressources sont accessibles sur le site Web de l’Institut Atlas pour les vétérans et leur famille à atlasveterans.ca/traumatisme-sexuel-militaire.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec media-atlas@theroyal.ca