Aller au contenu
Nous ne sommes pas un fournisseur de services. Pour obtenir du soutien, consultez notre répertoire. Si vous êtes en détresse, appelez ou envoyez un texte au 9-8-8.

Ce que les vétérans m’ont appris sur l’amour

On dit que les soldats se battent surtout par amour pour leurs compagnons d’armes. En tant que médecin civil et militaire, j’ai entendu, au cours des 34 dernières années, des centaines d’histoires de la part des personnes qui servent notre pays. Les pages qui suivent tentent de donner la parole à ceux que j’ai eu le privilège de servir et de présenter les précieuses leçons qu’ils m’ont apprises sur le thème de l’amour.

En octobre 1991, j’ai été affecté au Centre médical de la Défense nationale (CMDN) à Ottawa. On nous a demandé de nous tenir prêts pour l’admission de certains des survivants de l’accident du Hercules 130322 Boxtop 22, qui s’est produit à quelques kilomètres seulement de la station des Forces canadiennes Alert. Au fur et à mesure que les personnes nécessitant des soins médicaux étaient admises, nous avons entendu les récits du courageux pilote, le capitaine John Couch, qui a renoncé à ses propres vêtements de protection contre le froid pour que d’autres puissent vivre. Ce geste désintéressé l’a conduit à mourir de froid quelques heures avant que l’équipe de recherche et de sauvetage n’arrive sur les lieux. Ce moment a marqué le début de ma compréhension de la profondeur de l’abnégation à laquelle le personnel militaire et les vétérans ne sont pas étrangers. Dans l’esprit de mon jeune officier, ce n’était rien de moins que l’amour biblique.

Plusieurs années plus tard, je marchais à côté d’un sous-marinier chevronné qui, les larmes aux yeux, me racontait la catastrophe du sous-marin Chicoutimi et me disait qu’à quelques exceptions près, ceux qui avaient sauvé la situation faisaient partie des « pommes pourries » les moins reluisantes. Leurs antécédents difficiles les avaient involontairement préparés à faire face à l’inattendu. En d’autres termes, ce qui leur causait, ainsi qu’à d’autres, de la détresse en temps de paix leur a été très utile lorsque la catastrophe est survenue. Une autre leçon sur l’amour : Ne jugez pas un livre à sa couverture. C’est ce qui se cache à l’intérieur d’un homme ou d’une femme qui compte vraiment, quelle que soit la manière dont cette force de caractère est acquise.

Une autre histoire qui m’a profondément marqué est celle d’un infirmier de combat en Afghanistan qui avait été chargé de porter un blessé sur ses épaules lors d’une embuscade dans l’obscurité de la nuit. Compte tenu de la charge qu’il portait, il a perdu de vue sa section. Déconcerté et perdu, il a cherché à s’orienter, jusqu’à ce qu’il aperçoive un autre frère d’armes au bout de la route, qui lui indiquait le chemin du retour. Il a réussi à rejoindre son unité, mais il a appris plus tard que le frère qui lui indiquait le chemin avait été tué plus tôt dans la soirée au cours d’une fusillade dans un autre village. Les soldats n’abandonnent pas leurs camarades, même après leur mort.

« Et bien qu’ils m’aient fait tant de mal… Vous ne m’avez pas abandonné Mes frères d’armes. »

Brothers in Arms, Dire Straits

De telles histoires ne sont pas rares dans le contexte de la guerre. Elles ont été bien décrites dans les journaux intimes des soldats des conflits précédents. Elles contribuent à illustrer le paradoxe extrême qui est présent sur les champs de bataille de la vie. Malgré les horribles destructions et la mort, l’amour persiste et s’élève au-dessus de tout.  En tant que médecin, j’ai personnellement entendu d’innombrables histoires de ce type au fil des ans et j’ai été amené à me demander qui j’étais pour remettre en question ces expériences vécues et les messages qu’elles véhiculent.

De nombreux militaires semblent savoir dès leur plus jeune âge qu’ils souhaitent servir. Il peut s’agir d’un rêve transmis par les familles des militaires ou d’un sentiment d’être appelé à protéger la société. Le dévouement avec lequel le personnel militaire poursuit cette vocation ne cesse de m’étonner.  C’est la forme la plus profonde de l’amour. La tragédie et la beauté contradictoires de cette incarnation, qui profite à de nombreux privilégiés de la société, est qu’elle a un coût énorme pour le vétéran. De nombreux vétérans ont choisi de revêtir l’uniforme et de prêter serment pour rendre le monde meilleur. Cependant, ils se retrouvent souvent avec de nombreuses questions sans réponse et des jugements sévères sur les choix qu’ils ont faits ou n’ont pas faits.

Les vétérans m’ont appris que l’amour de soi est l’une des  » missions  » les plus difficiles qu’ils aient jamais entreprises et qu’il peut s’agir d’un long voyage d’introspection et parfois d’une véritable épreuve de force. Étant donné que la définition de la réussite d’une mission s’exprime par des actes de bravoure extraordinaires, il est souvent difficile pour les vétérans de se faire passer en premier et de s’aimer inconditionnellement en raison des décisions moralement conflictuelles qu’ils ont dû prendre dans l’exercice de leurs fonctions. Le défi à long terme pour le vétéran est de réaliser que l’identité qu’il a acquise ne le définit pas. L’un des plus grands obstacles auxquels se heurtent les vétérans dans leur cheminement vers la guérison est d’apprendre à embrasser leur moi authentique, malgré la possibilité que ce processus conduise à un récit complètement différent de ce qu’ils sont et de la façon dont les autres peuvent les percevoir. Ce n’est que lorsqu’ils parviennent à réconcilier leur identité de soldat et leur véritable essence d’être humain qu’ils peuvent entamer le voyage vers le pardon. Il a été dit que le véritable pardon se produit lorsque l’on réalise finalement qu’il n’y avait rien à pardonner au départ.

L’amour est souvent difficile à démontrer pour les vétérans. Parfois, l’amour se manifeste lorsqu’ils se portent volontaires pour prendre la place d’un autre dans une patrouille ou pour étendre le matelas pneumatique d’un camarade à 3 heures du matin parce que leur partenaire de l’équipe de tir est encore en service de sentinelle. Les expressions d’amour des vétérans peuvent être rudes et se manifester avec une honnêteté brutale et un humour noir. L’amour dur qu’ils expriment pour leurs camarades et leur engagement inébranlable à l’égard de leurs croyances et de leurs valeurs fondamentales passent souvent inaperçus aux yeux de nombreux civils et sont souvent mal compris. C’est la forme d’amour la plus profonde dont j’ai eu le privilège d’être témoin. Dans sa pureté, il élimine tout le superflu que nous prenons si souvent à tort pour des signes d’amour, mais qui est en réalité très éloigné de ce qu’est l’amour. En fin de compte, ce qui nous unit tous – civils ou militaires – ce sont nos luttes individuelles pour nous aimer et nous pardonner inconditionnellement, en comprenant que nous sommes tous, à un moment de notre vie, en deçà de nos attentes idéalistes, mais que nous rétablissons l’équilibre en exprimant de la compassion envers nous-mêmes et envers les autres.

C’est l’une des leçons les plus importantes que nous ayons apprises : malgré les souffrances que les vétérans ont endurées et continuent d’endurer, tout cela a une valeur et une raison d’être. Si nous y adhérons, cela peut nous apprendre à aimer et à être aimés. Si je devais essayer de résumer le plus succinctement possible l’essence de ce que j’essaie de transmettre au nom de ceux qui ont tant sacrifié, ce serait la notion d’accepter le paradoxe de la vie. Le monde que nos vétérans ont vu et vécu est aussi horrible que magnifique. En fin de compte, ils nous ont montré et continuent de nous montrer que tout cela n’est que de l’amour dans ses diverses manifestations.

LCol (à la retraite) Markus Besemann CD, B.Sc., M.D., FRCP(C), Dip. Médecine du sport (ACMSE)

En savoir plus sur le préjudice moral, l’impact des événements ou des actes qu’une personne accomplit, dont elle est témoin ou qu’elle ne parvient pas à empêcher, et qui entrent en conflit avec ses propres croyances et valeurs morales profondément ancrées.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Vous pourriez également apprécier…